Salariés | membres de l'association | personnes accompagnées

 

Professionnels : comment adapter ses pratiques et gérer son stress face au contexte du Covid-19 ?

Comment maintenir le lien tout en respectant les gestes barrières ? Comment accompagner de loin ? Comment continuer à animer des activités tout en protégeant les personnes accompagnées ? Comment rassurer et impulser une dynamique positive ? Véronique Gentit, psychologue du travail à Juralliance, propose aux professionnels de Juralliance sept pistes de réflexion pour gérer son stress, réinventer les pratiques, créer et innover pour assurer le suivi et l’accompagnement des personnes.

Réinventons notre travailRéinventons notre travail
© Freepik

La crise sanitaire engendre des conditions de travail très particulières liées à un contexte anxiogène doublé par des gestes barrières qui génèrent de grands paradoxes pour les professionnels du secteur médico-social. Véronique Gentit, psychologue du travail à Juralliance, développe ici 7 points clés comme autant de pistes de réflexion qu’elle propose aux professionnels pour réinventer les pratiques dans le contexte lié à la pandémie de covid-19, mais aussi pour apprendre à gérer son stress et sa peur pour pouvoir impulser une dynamique positive et rassurer les personnes accompagnées.

1. Accueillir et comprendre les émotions ressenties

Tout d’abord, il faut s’autoriser à avoir peur, à être stressé par la situation exceptionnelle que nous traversons. La peur de tomber malade, de mourir, de perdre un proche… Le sentiment d’impuissance, la sensation de perte de repères, l’incertitude face à l’imprévisibilité de la situation, ou encore les paradoxes qu’elle engendre, telle que l’obligation de travailler alors que le mot d’ordre est « restez chez vous » peuvent générer un sentiment d’injustice. Face à toutes ces émotions, éviter la culpabilité et le rejet des émotions et pensées négatives. Au contraire, prenez le temps de les vivre et de les traverser en les identifiant précisément afin de pouvoir les nommer. Verbaliser permet d’éviter d’être paralysé par ses angoisses et ainsi garder son pouvoir d’agir.

2. Maintenir le lien, les échanges et le dialogue

Maintenir les échanges, le dialogue avec les collègues, les responsables est la base. Téléphone, Skype, visio-conférence via Zoom, groupes de discussions entre pairs…  De nouveaux outils se mettent en place à Juralliance, utilisez-les !  Le travail collectif et pluridisciplinaire déjà primordial dans l’environnement du travail médico-social représente une des meilleures protections contre les angoisses. Partager ses craintes et ses doutes, élaborer ensemble avec bienveillance et solidarité, sont autant de clés pour les surmonter.

3. Réinventer le travail collectivement

La situation exige de chacun d’être créatif pour inventer de nouvelles manières de travailler. Créer des actions dans un esprit de solidarité, être ensemble tout en se protégeant individuellement. Autant de pistes pour continuer à animer des activités et rassurer les personnes accompagnées.

4. Porter son attention sur les choses que nous pouvons maîtriser

Autre barrière au stress : se concentrer sur ce que nous pouvons contrôler plutôt que sur des choses incontrôlables (le futur, les conséquences économiques et sanitaires etc…) : application des gestes barrières, réorganisation quotidienne en fonction des nouvelles contraintes, recentrez vos pensées sur des actions protectrices et positives. 

5. Se centrer sur le cœur du métier, le sens du métier

Dans cette même ligne, recentrez-vous sur le cœur de votre métier et les valeurs portées par Juralliance. Accompagner, protéger, prendre soin. Gardez en tête le caractère indispensable de votre mission d’aide et d’accompagnement. Pour aller plus loin, vous pouvez également  réfléchir et proposer de nouvelles façons de travailler pour assurer le suivi et l’accompagnement dans le cadre de votre activité.

6. Trouver ses propres moyens pour se détendre et gérer son stress – prendre du recul

Techniques de respiration, de relaxation… Autant de pratiques que vous pouvez développer. Se connecter à son corps et au présent permet d’éviter de se laisser envahir par les pensées. Les techniques de métacognition ou de défusion cognitive sont également très efficaces : l’objectif étant ne pas se laisser envahir par ces pensées, de les laisser passer et de les considérer comme transitoires. Voici un exemple d’exercice très facile pour mettre en œuvre ces techniques : imaginez-vous sur un pont regardant un train qui passe (le train représentant vos pensées) et observez-le s’éloigner. Vous pouvez aussi coucher sur le papier ces pensées et/ou en parler avec une personne proche de confiance, une personne proche de vous. 

7. Prendre soin de soi

Pour prendre soin des autres, il faut aussi prendre soin de soi. Déconnectez et ressourcez-vous pendant les temps de repos chez vous. Limitez l’accès aux informations anxiogènes en vous auto-disciplinant : une à deux fois par jour, en limitant le temps d’écoute, par exemple. Réalisez des activités compatibles avec le confinement et qui font du bien (jardinage, yoga…). Essayez, tentez des choses nouvelles. Profitez de ce temps pour vous découvrir de nouvelles capacités, de nouvelles compétences.

Modifié le vendredi 17 avril 2020


HAUT