Salariés | membres de l'association | personnes accompagnées

 

MECS et PEAD : la vie continue en respectant les mesures de confinement

Depuis le 17 mars, comme l’ensemble de la population les jeunes de la protection de l’enfance accueillis par Juralliance sont confinés dans les établissements qui les hébergent. Sophie Jobelin, directrice du pôle enfance de Juralliance, explique comment les journées ont été réorganisées pour que les enfants puissent continuer à étudier et à vivre au mieux cette période difficile.
Sophie Jobelin, directrice du pôle enfance de JurallianceDans les MECS, les enfants continuent à jouer en respectant les règles de confinement.
(c) Juralliance

Quelles sont les conséquences de la crise que nous traversons sur le pôle enfance de Juralliance ? A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles… Confinement oblige, nous exerçons les mesures PEAD à distance par le biais de contacts téléphoniques journaliers. Si après évaluation, nous estimons que la situation se dégrade, nous mettrons en place des rencontres physiques dans le respect des mesures barrières. Pour les MECS, les enfants présents dans nos établissements (80% de nos effectifs habituels) respectent les règles de confinement et ont des contacts téléphoniques réguliers avec leurs parents.

Quelles mesures ont été prises pour protéger les enfants accueillis ? Nous avons adopté des règles d’hygiène strictes, une présence bienveillante et les éducateurs assurent une prévention au quotidien pour les aider à adopter les gestes barrières (se laver les mains régulièrement, éternuer dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique…) 

Les enfants n’allant plus à l’école, continuent-ils à étudier ? Oui bien sûr, c’est primordial. Des temps scolaires ont été mis en place chaque jour de la semaine. 

Comment avez-vous réorganisé les journées ? En dehors de ces plages horaires pendant lesquelles les enfants étudient, les professionnels organisent des activités. Des activités manuelles, des jeux, des ateliers cuisine, des jeux dans la cour ou le parc et ponctuellement des sorties en pleine nature en petits groupes et dans le respect des règles de confinement. Nous avons également mis en place des temps de parole, afin que ceux qui auraient des peurs ou des angoisses puissent les exprimer et être rassurés.

Justement, comment leur avez-vous expliqué ce que nous traversons ? Des réunions jeunes ont été mises en place dans lesquelles nous les informons de différentes façons en fonction de leur âge et pendant lesquelles ils peuvent poser des questions et avoir des réponses.

Comment vivent-ils le confinement ? Le confinement n’est pas évident à vivre pour les enfants et la situation peut mettre certains d’entre eux à rude épreuve, surtout pour les plus grands. C’est une des raisons pour laquelle nous avons mis en place ponctuellement ces sorties en petits groupes en milieu naturel sans échange et contact avec d’autres enfants. Cela leur permet de respirer et de souffler un peu.

Modifié le vendredi 20 mars 2020


HAUT