Salariés | membres de l'association | personnes accompagnées

 

Des couturières bénévoles fabriquent des masques en tissu pour le personnel de Juralliance !

Face à la pénurie de masques, la solidarité s’organise autour de Juralliance. Ce matin encore, « Les fées qui piquent, mais pas que » ont permis la livraison de 40 masques en tissu qui seront distribués au personnel de Juralliance. « Un superbe élan de générosité que nous ne sommes pas prêt d’oublier ! » souligne Monsieur Perrard, directeur Achats, Logistique, Patrimoine, Performance.

Les masques réalisés par Les fées qui piquent pour JurallianceLes masques réalisés par Les fées qui piquent pour Juralliance
© Juralliance

Dès le début de la crise sanitaire, Stéphane Perrard s’est mis en quête de matériel de protection pour le personnel des 21 établissements médico-sociaux de Juralliance. « Masques, gel hydroalcoolique, charlottes, surblouses… Depuis le début de la crise, je passe énormément de temps au téléphone pour m’assurer que le personnel et les personnes que nous accompagnons puissent être protégé », explique Monsieur Perrard. Un exercice difficile, dans une situation où l’approvisionnement, notamment en masque est extrêmement tendu.

« Les fées qui piquent, mais pas que » ont tout de suite répondu oui ! » 

Aussi, dès le début du confinement, il envisage des systèmes d’approvisionnement alternatifs, notamment pour la fabrication de masques en tissu. C’est par le biais d’une salariée du siège, proche de l’association que le contact est établi avec « Les fées qui piquent mais pas que », une association de couturières située à Vadans. « Elles ont tout de suite répondu oui », raconte cette salariée au grand cœur qui préfère rester discrète. 

Créée en 2017, l’association « Les fées qui piquent, mais pas que » regroupe une quinzaine de femmes de Vadans et des villages alentours qui se réunissent pour « coudre, échanger, bricoler et organiser des manifestations dans le village » explique la Présidente, Claudine Chamblay. « Nous aimons coudre et nous aimons nous rendre utile, aussi quand nous avons entendu l’appel de de Juralliance, nous n’avons pas hésité une seconde et nous nous sommes mises au travail. »

 Un patron répondant aux normes sanitaires et des couturières formidables

« Je leur ai communiqué un patron qui correspond aux normes sanitaires en vigueur et qui avait été diffusé au niveau national », explique Monsieur Perrard.

Et depuis quinze jours, « Les fées qui piquent mais pas que », derrière leur machines à coudre, à Vadans et dans les villages alentours, donnent de leur temps, de leur savoir-faire et redoublent d’ingéniosité pour trouver le matériel et fabriquer bénévolement des masques pour le personnel de Juralliance.

« Un superbe élan de générosité que nous ne sommes pas prêts d’oublier ! », s’enthousiasme Monsieur Perrard. « Nous souhaiterions aussi leur fournir plus de matériel », explique monsieur Perrard, qui appelle au don de tissu et surtout d’élastique de couture, dont les Fées manquent cruellement actuellement. « Nous avons fait nos fonds de tiroirs et écumé les supermarchés du coin, mais nous sommes à court », explique Madame Chamblay.

Modifié le mercredi 08 avril 2020


HAUT