Foyer CapVie - Lons-le-Saunier

Ouvert toute l’année, Capvie accueille en mixité, des adolescents et jeunes majeurs, présentant des troubles du comportement, du caractère, voire de la personnalité, en situation d’inadaptation sociale, d’exclusion ou d’alternative à l’incarcération.

Juralliance - Foyer Cap Vie

 La prise en charge assurée s’efforce de garantir protection, sécurité et éducation.

Par le biais d’une prise en charge au quotidien et individualisée, l’action éducative vise à aider les adolescents à surmonter leurs diffi cultés, afi n qu’ils puissent s’engager dans une dynamique d’insertion ou de réinsertion familiale, sociale, professionnelle

Le Foyer Capvie, géré par Juralliance, a vu le jour en septembre 2001 et accueille des adolescents (filles ou garçons) âgés de 14 à 18 ans. Ils font l’objet d’une décision de placement d’un magistrat soit dans le cadre d’une mesure d’Assistance Éducative (mineurs en danger), soit dans le cadre d’une mesure d’Ordonnance 45 (mineurs délinquants).

Le Foyer Capvie priorise l’étude des demandes d’admissions provenant du département du Jura, et peut être ponctuellement amené à travailler également avec les départements limitrophes. Le service a une capacité d’accueil de 13 jeunes qui sont encadrés par une équipe éducative composée d’un Chef de service, de 7 éducateurs(trices), de 2 veilleurs de nuit, d’un agent de service.

Deux types de prise en charge sont proposés : en hébergement et à la journée. La prise en charge est adaptée à chaque situation : accueil traditionnel, accueil séquentiel, accueil à la journée, dans le respect du mandat judiciaire ou administratif. Pour ce faire, Capvie, dès les démarches d’admission, engage les familles dans un processus de participation. La famille est pleinement reconnue, non seulement dans ses difficultés, mais aussi à travers ses potentialités, ses ressources et elle participe à l’éducation de son enfant accueilli. C’est pourquoi le rythme des sorties et des rencontres est adapté à la situation de chacun dans le respect des éventuelles consignes administratives ou judiciaires. Tant que la sécurité du jeune est assurée, toutes les solutions de sortie sont possibles pour le partage de la vie familiale.

Publiée le vendredi 30 juin 2017


HAUT