498 personnes en liste d'attente dans le Jura

498 personnes – inscrites sur des listes d'attente des établissements du Jura – n'ont pas actuellement d'accompagnement adapté à leur besoin

3 associations gestionnaires et un établissement public se sont mobilisés pour faire une enquête dans les établissements gérés qui accueillent un public de personnes en situation de handicap mental. Cette enquête ciblait l’étude des listes d’attente de chaque établissement afin de connaître l'état des attentes au sein du département. Ces quatre organisations gèrent ensemble l’équivalent de 1 850 places soit la quasi totalité des places installées dans le Jura.

498 personnes en liste d'attente dans le Jura
  • L'Association Juralliance - 670 places (secteur handicap) à Dole, Arbois, Saint-Claude.

  • L'établissement public Étapes à Dole - 530 places-

  • L'Apei de Lons-Le-Saunier - 510 places -

  • L'association Notre maison à Aromas – 140 places -

Afin d'être précis, nous avons éliminé les demandes faites à plusieurs endroits.Au final, ce sont 498 personnes qui ont fait une demande pour un établissement et sont en attente d'une solution à fin 2016.

Nous avons été surpris de l'ampleur du problème auquel nous devons faire face, mais cela a confirmé ce que chacun ressentait dans son périmètre respectif : une pression difficilement supportable pour tous les établissements obligés de refuser leur accès aux personnes qui en ont besoin et une angoisse légitime pour les personnes et les familles qui attendent, sans perspective actuellement.

Certes, nous ne parlons pas ici de 498 places à créer. En effet beaucoup de personnes ont des solutions provisoires mais elles sont inadaptées à leurs difficultés actuelles.

L’attente des jeunes scolarisés avec peu ou même aucune aide, l’attente des jeunes maintenus en IME après 20 ans, l’attente des personnes avançant en âge et maintenues inutilement en ESAT, l’attente des personnes ayant atteint l'âge de la retraite, l’attente des travailleurs d'ESAT pour lesquels il faut une place d'hébergement, l’attente des personnes déracinées de leur milieu social et familial : toutes ces attentes représentent autant de personnes dont les besoins ne sont pas pris en compte et pour lesquelles les familles sont inquiètes, voire en souffrance.

Il faut fluidifier les parcours. Et pour cela, il est indispensable de créer des places à des endroits névralgiques.

Si Juralliance - comme les autres associations - peut aider à trouver des moyens d'accueil pour certains et fluidifier ainsi les parcours, cela ne permettra pas pour autant de résoudre la problématique de la réponse adaptée pour tous.

À tous les stades de la vie des personnes, des accueils sont à créer, permettant de libérer les places qu'elles occupent de façon insatisfaisante pour elles.

Didier JÉQUIER
Administrateur de Juralliance,
Président de l’Apei de Saint Claude

Publiée le jeudi 27 juillet 2017


HAUT