14 comédiens pour un mariage de trop.

Le 11 juin 2018, les 14 comédiens issus du Service d’Accompagnement à la Vie Sociale Juralliance d’Arbois ont joué la pièce « Un mariage de trop ». Retour en images..
14 comédiens pour un mariage de trop.

De l’idée de départ à la rédaction en passant par la mise en scène, un « mariage de trop » est une pièce entièrement créée par les comédiens du SAVS Juralliance d’Arbois. « Chacun a pu choisir son rôle dans l’organisation de cette comédie. Charles-Elie Bertrand en est l’auteur et les 13 autres participants à l’atelier l’ont soutenu tout au long du travail de mise en scène. Recherche d’accessoires, décors, choix des rôles… tous sont allés jusqu’au bout de la démarche, aucun n’a abandonné » nous confie Edith Darbon, conseillère en économie sociale et familiale au SAVS Juralliance d’Arbois.

Cet atelier théâtre a été mis en place dans le cadre des ateliers d’estime de soi. Les bénéficiaires du SAVS Juralliance, accompagnés par Sylvie Malissard, ont pu travailler sur leur expression, la mémorisation et le travail en groupe.

Pour Edith Darbon, qui pratique elle-même le théâtre dans une troupe amateur, « le théâtre est l’exercice idéal qui favorise la confiance en soi. Il amène au respect des règles, apporte des responsabilités... Parce qu’il est basé notamment sur l’écoute de l’autre, il construit le respect mutuel et l’entraide. Tous ces aspects sont des missions majeures du SAVS. »

La troupe du SAVS a déjà joué aux côtés d’une troupe de théâtre amateure locale les samedi 2 et dimanche 3 juin dernier. Ils donneront leur ultime représentation le 11 juin prochain pour les personnes accompagnées par Juralliance et leurs familles.

L’histoire.

« Un mariage de trop », est une pièce écrite par Charles-Elie BERTRAND, bénéficiaire du SAVS d’Arbois, et mise en scène par Sylvie Malissard et le soutien des participants du SAVS d’Arbois. Deux familles que tout oppose se retrouvent pour organiser le mariage de leurs enfants. Réussiront-elles à accorder leurs violons avant que les mariés ne marchent vers l’autel ?

Publiée le vendredi 08 juin 2018


HAUT